ayen id ibwi uγmis tilelli

Posté par med le 14 janvier 2009

 

Assassinat de 43 parachutistes à Batna en 2003 Les révélations d’un terroriste qui a pris part au massacre Par : F. Lamia

La thèse de l’attentat perpétré pour venger la mort de Mohamed El-Yamani, l’émissaire de Ben Laden au Maghreb qui venait d’être éliminé quelques semaines auparavant, est une fois encore vérifiée.

B. Nassim, un terroriste qui activait au sein de katibat El-Fath de Batna avant son arrestation par les services de sécurité, a donné, lundi dernier, de précieuses informations sur le masacre en janvier 2003 qui a coûté la vie à 43 jeunes éléments des forces spéciales. Un attentat commis par les éléments terroristes de sa katibat en compagnie des autres groupes de la zone 5 du côté des monts de Manaâ, à Iguelfen, à la lisière de la wilaya de Biskra et auquel il a pris part. Ces révélations, faites avec force détails, viennent confirmer celles déjà faites par un autre terroriste, C. Rachid, lors de son procès, au cours duquel il a été condamné à mort l’année dernière. La thèse de l’attentat perpétré pour venger la mort de Mohamed El-Yamani, émissaire de Ben Laden au Maghreb, est une fois encore vérifiée. El-Yamani a, en effet, été éliminé quelques semaines auparavant par les éléments de l’ANP dans les monts de Merouana, wilaya de Batna.
Le terroriste B. Nassim, s’exprimait, avant-hier, devant le tribunal criminel près la cour de Batna. Il s’agit d’un ex-terroriste qui émargeait au sein de katibat El-Feth qui a été déjà condamné, en 2005, à 20 ans de prison ferme pour avoir participé à plusieurs actions terroristes. Au-delà de l’affaire qui a été enrôlée, les  criminels de l’ex-GSPC, qui se succèdent ces derniers temps à la barre du tribunal, font des aveux sur les conditions de leur recrutement et des « missions » sanguinaires que leur confient leurs chefs hiérarchiques, les « émirs » dans les maquis de l’est du pays en général et de Batna en particulier. C’est le cas de B. Nassim, âgé de 27 ans, qui a été condamné, lundi soir, à perpétuité par le tribunal criminel de Batna pour une nouvelle affaire d’assassinat et d’enfouissement de mines antipersonnel sur la route reliant Batna à Biskra. Ainsi, le dénommé B. Nassim, âgé de 27 ans, n’a pas manqué d’affirmer lors des révélations faites aux juges qu’il avait rejoint, en septembre 2001, les groupes terroristes dans la localité dite El-Malou au sud de la wilaya de Batna. Poursuivant ses aveux, il affirmera, sans ambages, qu’il a décidé de rejoindre les rangs des groupes terroristes activant dans la région en compagnie de 5 autres jeunes tous originaires de la commune de Oued Taga, au sud de Batna. Parmi eux, figure, dit-il, l’actuel « émir » de sériat Djebel Ahmer khaddou (montagne de Ahmer khaddou), le dénommé Metouche Hacen, né en 1977.
Il expliquera au président de la séance qu’ils étaient tous recrutés par un terroriste répondant au nom de Ferah Ahmed, abattu l’année dernière par les services de sécurité lors d’une opération.
Abordant d’une manière circonstanciée les tenants et les aboutissants des opérations de recrutement des nouveaux terroristes par le GSPC, le terroriste indiquera que les nouvelles recrues sont conduites vers le mont de Foudh Aguellal, dans la région de Larbaâ, commune limitrophe d’Oued Taga. Cette région abrite, en fait, poursuit-il, le centre de katibat El-Fath, dont l’ »émir » était un certain Maâlam. « Ils étaient environ 20 terroristes, sous les ordres de d’Abderrazak El-Para, de son vrai nom Amari Saïfi, ancien chef de la cinquième zone du GSPC, région de Batna. El-Para venait régulièrement superviser nos centres de regroupement. Et je l’ai rencontré une seule fois à Taghda », ajoutera le terroriste.
Au passage, B. Nassim poursuivra ses aveux : « La katibat d’El-Fath regroupait  des éléments très dangereux. Ils ont été immédiatement promus dans l’organigramme du GSPC pour devenir des « émirs » très influents. Ces derniers terrorisent toujours les habitants de ces régions enclavées dans les montagnes au sud de Batna. »
Pour étayer ses propos, le terroriste n’hésitera pas à citer nommément deux anciens « émirs » de cette katibat. Il s’agit, selon lui, de Mokrani Hichem et Khelif Chaffai, ainsi que leur actuel successeur Ben Kharrour Walid alias Yousef Abou El-Walid, en plus de l’actuel « émir » de sériat Ahmer Khadou, Metouche Hacen dit El-Zoubeïr.
Plus loin, le terroriste Nassim B. fera d’autres confessions sur les opérations terroristes perpétrées dans la région, avant d’être capturé en août 2003.
Il dira alors au président du tribunal que les groupes terroristes dressaient durant plusieurs années des faux barrages à partir de la sortie de la ville de Batna jusqu’aux frontières avec la wilaya de Biskra à travers les communes de Tazoult, Oued Taga, Arris, Théniat el Abed, T’kout, Manaâ, Bouzina, Chir et Ghassira.
Il révélera, encore, que plusieurs personnes ont été tuées, entre civils, militaires, patriotes et gardes communaux. « Ces groupes terroristes de la région faisaient des incursions dans des douars enclavés où ils extorquaient aux citoyens de l’argent ou autres produits alimentaires. Aussi, ces terroristes ont perpétré des hold-up dans des bijouteries à Oued Taga. »
S’agissant de l’opération de l’enfouissement des mines, il a révélé que ces opérations étaient menées par les « émirs », Ben Kharrour Walid et Metouche Hacen.   « Ces derniers supervisaient l’enfouissement de plusieurs mines de fabrication artisanale. » Se rappelant des attentats perpétrés à l’aide de ces explosifs, il indiquera qu’il « se rappelle qu’une de ces mines avait explosé sous le véhicule d’un citoyen venant de Biskra, deux personnes sont mortes sur le coup et deux autres ont été grièvement blessées ».
B. Nassim ajoutera plus loin que « ces mines étaient fabriquées par deux terroristes, à savoir Khelif Chaffai qui deviendra plus tard « émir » de la Katibat, et Khelkhal Mokhtar dit Yahia ».
Après délibérations, le président du tribunal a prononcé la perpétuité pour le terroriste B. Nassim.

F. Lamia

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

Posté par med le 12 janvier 2009

FileZilla est un client FTP, c’est-à-dire un logiciel permettant l’échange de fichiers entre un ordinateur et un serveur ou vice-versa.

Simple et rapide d’utilisation, FileZilla vous permettra de vous connecter à n’importe quel serveur FTP, même si vous avez un proxy ou un firewall.

FileZilla supporte le glisser/déposer afin de faciliter vos transferts, ainsi qu’une file d’attente de transfert.

Disponible en français, gratuitement et sans l’affichage de publicités, FileZilla est un très bon client FTP.

  • Nom : FileZilla
  • Version : 3.2.0
  • Editeur : Time Kosse
  • Prix : Gratuit
  • Langue : Français
  • Taille du fichier : 3,61 Mo
  • Système : Windows 2000/XP/Vista
  • Note :  dans Liens note_5
  •  telecharger

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

Posté par med le 12 janvier 2009

telecharger

math setup

sghur avadis


Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

Posté par med le 11 janvier 2009

logiciel pour changer le demarage de windows bedel le  demarage n’windows

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

aqes a mibbijer

Posté par med le 6 janvier 2009

Olmert pose des conditions à un cessez-le-feu

Le Premier ministre israélien a rejeté tout cessez-le-feu dans la bande de Gaza sans un arrêt total des tirs de roquettes palestiniennes contre l’Etat hébreu, lors d’un entretien avec Nicolas Sarkozy, en médiation dans la région.

Nicolas Sarkozy lors de sa rencontre avec Ehud Olmert (AP)

Nicolas Sarkozy lors de sa rencontre avec Ehud Olmert (AP)

Ehud Olmert, Premier ministre israélien, a rejeté lundi 5 janvier dans la soirée tout cessez-le-feu dans la bande de Gaza sans un arrêt total des tirs de roquettes palestiniennes contre l’Etat hébreu, au cours d’une rencontre avec le président français Nicolas Sarkozy.
« Non seulement le Hamas doit arrêter de tirer (des roquettes) mais il ne doit plus être en mesure de tirer » ces roquettes, a indiqué Ehud Olmert à Nicolas Sarkozy, lors d’un entretien à Jérusalem, cité par un haut responsable israélien.
« Nous ne pouvons pas accepter un compromis qui permettra au Hamas de tirer (des roquettes) dans deux mois contre les villes israéliennes », a-t-il mis en avant.
« Le but de l’opération n’est pas de mettre fin au pouvoir du Hamas, même si nous pouvons le faire », a souligné le responsable israélien.
En tournée régionale, le président français a plaidé lundi auprès des dirigeants palestiniens et israéliens pour un « cessez-le-feu humanitaire de plusieurs jours » dans la bande de Gaza.

Rencontre avec Abbas

« L’urgence aujourd’hui, c’est de faire cesser les violences et nous l’Europe nous voulons un cessez-le-feu le plus rapidement possible et que chacun comprenne que le temps travaille contre la paix », a dit Nicolas Sarkozy à Ramallah, après avoir rencontré son homologue palestinien Mahmoud Abbas.
« Nous avons besoin d’une trêve humanitaire de quelques jours, c’est l’intérêt de tout le monde. Israël est fort, Israël doit prendre le risque de la paix », a-t-il insisté plus tard devant le président de l’Etat hébreu.
Selon le responsable israélien, Ehud Olmert a également rejeté le vote d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, qui doit se réunir mardi pour discuter d’un tel texte.
Un diplomate occidental a indiqué que la France travaillait, en coordination avec certains de ses partenaires du Conseil et avec les Etats arabes, à la rédaction d’un projet de résolution.

Ferme soutien de Bush à Israël

« Il existe actuellement des initiatives régionales menées par les Etats-Unis (…) Il y a des progrès. Israël estime que ces initiatives, impliquant plusieurs pays arabes dont l’Egypte, seraient plus efficaces qu’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU », a ajouté le haut responsable israélien.
Plus tôt, le président George W. Bush avait maintenu son ferme soutien à Israël en rejetant tout cessez-le-feu qui ne serait pas assorti de conditions garantissant la sécurité d’Israël.
« Je sais que les gens disent: il faut un cessez-le-feu. C’est une noble ambition. Mais tout cessez-le-feu doit comporter des conditions telles que le Hamas ne se serve pas de Gaza pour tirer des roquettes », a déclaré George W. Bush dans ses premières déclarations publiques depuis le déclenchement des opérations terrestres israéliennes dans la bande de Gaza samedi.

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

awin izmeren ad ittukwet

Posté par med le 3 janvier 2009

Actualités : SOUTIEN AU PEUPLE PALESTINIEN
Tentative de marche à Alger

Alger, où l’interdiction des manifestations de rue est de rigueur depuis le 18 juin 2001, a connu hier une relative et brève agitation.
Sofiane Aït-Iflis – Alger (Le Soir) – Après la prière du vendredi, des fidèles, quelque trois centaines, ont, dans un élan de solidarité avec le peuple palestinien, tenté de braver l’interdiction et marcher. Le cortège des fidèles s’est ébranlé depuis l’une des mosquées du très populaire quartier de Bélouizdad. Aux cris de «Allah Akbar» et «Bi ruh, bi edem, nefdik ya islam», il a défilé, empruntant la rue Hassiba- Ben-Bouali. La procession humaine ne progressera pas cependant jusqu’à la place du 1er-Mai. La police, qui donnait l’impression d’être prise au dépourvu, est intervenue pour empêcher que les marcheurs ne parviennent jusqu’au rond-point du 1er-Mai. Sans heurts majeurs, les policiers ont réussi rapidement à canaliser les manifestants, puis à les refouler vers le quartier de Bélouizdad d’où ils ont entamé leur marche. La dispersion, après, s’est faite dans le calme. Cette marche avortée s’inscrit dans cet élan de solidarité que les peuples arabes éprouvent à l’endroit des Palestiniens qui, depuis huit jours, subissent, notamment dans la bande de Gaza, les bombardements de l’aviation israélienne. Mardi dernier, un rassemblement de solidarité avec le peuple palestinien a été abrité par l’enceinte de la Maison de la presse Tahar- Djaout, à Alger. Les intervenants au cours de cette manifestation ont exhorté le pouvoir algérien à laisser les Algériens sortir dans les rues pour exprimer leur soutien au peuple palestinien.

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

anwi id yesawdan asali i israël

Posté par med le 3 janvier 2009

Poursuite des bombardements à gaza 420 morts, dont un chef du Hamas, et 2 180 blessés Par : R. I./Agences Israël a poursuivi hier, pour le 7e jour consécutif, ses bombardements aériens de la bande de Gaza, qui ont tué la veille un des chefs du mouvement islamiste Hamas et fait au moins 420 morts depuis le déclenchement de l’opération israélienne le 27 décembre. Des témoins à Gaza ont affirmé que les bombardements de la nuit de jeudi à vendredi avaient fait plusieurs blessés, mais aucun mort n’a été signalé.

Une porte-parole de l’armée israélienne a indiqué que les raids de la nuit avaient visé 15 objectifs, dont des pas de tirs de roquettes et des installations de stockage d’armes. Un dirigeant de premier plan du Hamas a péri jeudi dans un raid israélien, au sixième jour de l’opération israélienne, tandis que le Premier ministre israélien Ehud Olmert assurait ne pas vouloir d’une « guerre longue ».
Nizar Rayan, plus haut responsable décédé dans l’offensive, a été tué avec ses quatre épouses, dix de ses 12 enfants et deux voisins dans un raid sur l’immeuble de cinq étages où il vivait, dans le camp de réfugiés de Jabaliya. Ténor de l’aile la plus radicale du mouvement islamiste, connu pour ses talents d’orateur, il s’illustrait par ses déclarations au vitriol contre Israël mais aussi contre l’Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas, délogée de Gaza par le Hamas en juin 2007. Selon les services d’urgence de la bande de Gaza,
420 Palestiniens ont été tués et 2.180 blessés, depuis le
27 décembre, début de l’opération. Au moins un quart des victimes sont des civils, dont des femmes et des enfants, selon l’ONU.
Dans la journée, le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a démenti un communiqué publié peu avant la mort de Nizar Rayan selon lequel le Hamas acceptait « sous conditions » les propositions de l’Union européenne (UE) en vue d’une trêve. Hier de nombreuses manifestations de soutien aux Palestiniens ont eu lieu en Palestine et dans le monde. Des milliers de Palestiniens ont manifesté à Ramallah, siège de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie, contre l’offensive israélienne dans la bande de Gaza. La manifestation, encadrée par un important dispositif de sécurité, a commencé dans le centre de Ramallah après la grande prière du vendredi.
Plusieurs milliers d’Afghans ont manifesté dans plusieurs villes du pays pour protester contre les raids israéliens sur la bande de Gaza. Dans la capitale Kaboul, les manifestants se sont regroupés après la prière du vendredi autour d’une mosquée sur une colline de Baghi Bala, dans l’ouest de la ville, brandissant les traditionnels drapeaux islamiques verts. Des dizaines de milliers de manifestants, dont certains brandissant le drapeau palestinien, ont manifesté dans le calme à Jakarta pour protester contre les raids israéliens sur la bande de Gaza. Les manifestants se sont rassemblés dans le centre de la capitale indonésienne avant de se diriger, en criant notamment « Allah Akbar », vers l’ambassade des États-Unis, protégée par d’importantes forces de l’ordre.
La manifestation, qui s’est terminée sans heurts, était notamment organisée par le Parti de la justice et de la prospérité (PKS), l’une des principales formations musulmanes, qui espérait rassembler plus de 20.000 personnes et réunir 200.000 dollars pour venir en aide aux Palestiniens.

R. I./Agences

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

nouvel observateur

Posté par med le 2 janvier 2009

BANDE DE GAZA

Un septième jour de bombardement israélien sous haute tension

NOUVELOBS.COM | 02.01.2009 | 09:31 

Israël décidera « le moment venu » d’arrêter ses opérations, réaffirme la ministre des Affaires étrangères israélienne Tzipi Livni à Paris. Un des chefs du Hamas a été tué jeudi. Le mouvement islamiste appelle les Palestiniens à des manifestations en Cisjordanie et dans la bande de Gaza ce vendredi.

Une femme palestinienne exprime sa colère après un bombardement israélien (AP)

Une femme palestinienne exprime sa colère après un bombardement israélien (AP)

Pour le 7e jour consécutif, Israël a poursuivi vendredi ses bombardements aériens de la bande de Gaza, qui ont tué la veille un des chefs du mouvement islamiste Hamas et fait au moins 420 morts depuis le déclenchement de l’opération israélienne le 27 janvier.
Des témoins à Gaza ont affirmé que les bombardements de la nuit de jeudi à vendredi avaient fait plusieurs blessés, mais aucun mort n’a été signalé.
Un porte-parole de l’armée israélienne a indiqué que les raids de la nuit avaient visé des pas de tirs de roquettes et des installations de stockage d’armes, mais n’a pu donner plus de détails dans l’immédiat.
Un dirigeant de premier plan du Hamas a péri jeudi dans un raid israélien, au sixième jour de l’opération israélienne, tandis que le Premier ministre israélien Ehud Olmert assurait ne pas vouloir d’une « guerre longue ».

Mort d’un dirigeant du Hamas

Nizar Rayan, plus haut responsable décédé dans l’offensive, a été tué avec ses quatre épouses, dix de ses 12 enfants et deux voisins dans un raid sur l’immeuble de cinq étages où il vivait, dans le camp de réfugiés de Jabaliya (nord de la bande de Gaza).
Ténor de l’aile la plus radicale du mouvement islamiste, connu pour ses talents d’orateur, il s’illustrait par ses déclarations au vitriol contre Israël mais aussi contre l’Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas, délogée de Gaza par le Hamas en juin 2007.
L’armée israélienne a confirmé l’attaque, affirmant que la maison servait de dépôt d’armes et de centre de communications au Hamas.
Selon les services d’urgences de la bande de Gaza, 420 Palestiniens ont été tués et quelque 2.000 blessés depuis le 27 décembre, début de l’opération « Plomb durci » visant à stopper les tirs de roquettes sur Israël.
Au moins un quart des victimes sont des civils, dont des femmes et des enfants, selon l’ONU.
En journée, le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a démenti un communiqué publié peu avant la mort de Nizar Rayan selon lequel le Hamas acceptait « sous conditions » les propositions de l’Union européenne (UE) en vue d’une trêve.

« Journée de la colère »

Le mouvement islamiste a ensuite appelé les Palestiniens de Cisjordanie et Jérusalem-est à une « journée de colère » vendredi, par des manifestations partant de l’esplanade des Mosquées à Jérusalem et de « toutes les mosquées en Cisjordanie ».
La police israélienne a en conséquence mobilisé des milliers d’éléments et limité l’accès de l’esplanade des Mosquées aux hommes âgés de plus de 50 ans et munis d’une carte d’identité israélienne, aucune restriction n’étant imposée aux femmes.
L’armée israélienne a annoncé le bouclage total pendant 24 heures de la Cisjordanie à partir de minuit (jeudi, 22H00 GMT).
A l’appel du Hamas, les Palestiniens doivent aussi manifester dans la bande de Gaza.
Les attaques se sont poursuivies jeudi à Gaza après le rejet la veille par Israël de propositions de trêve de l’UE, laissant présager une imminente offensive terrestre.
Parmi les cibles touchées figurent des ministères, un bâtiment du Parlement palestinien, des tunnels de contrebande et des ateliers « de fabrication de roquettes ».
Selon des témoins, les attaques ont aussi visé des bureaux de change à Gaza-ville dans la nuit et une mosquée dans le sud jeudi matin.
« Nous nous rapprochons de l’heure de la décision » sur une éventuelle offensive terrestre, a indiqué à la télévision le président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense du Parlement israélien, Tzahi Hanegbi.
« Nous ne voulons pas d’une guerre longue et nous ne souhaitons pas élargir le front », avait déclaré auparavant Ehud Olmert lors d’une tournée à Beersheva, ville du sud visée ces derniers jours par plusieurs roquettes tirées de la bande de Gaza, distante de 40 km.

Livni à Paris

De Paris, où elle s’est entretenue avec le président français Nicolas Sarkozy, la ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Livni a elle réaffirmé qu’Israël déciderait « le moment venu » d’arrêter ses opérations.
Nicolas Sarkozy doit entamer lundi une tournée au Proche-Orient pour « chercher les chemins de la paix ». Il se rendra en Egypte, en Cisjordanie et en Israël, puis mardi en Syrie et au Liban, a annoncé l’Elysée.
Au Vatican, le pape Benoît XVI a lancé à l’occasion du 1er janvier, célébré dans l’Eglise catholique comme la « journée mondiale de la paix », un appel pour que la « violence » et la « haine » ne « prennent pas le dessus » dans le monde en 2009, citant notamment le Proche-Orient où « la grande majorité » des populations israélienne et palestinienne veut « vivre en paix ».
L’opération à Gaza est soutenue par 71% d’Israéliens, selon un sondage publié par le quotidien Haaretz.
Les tirs de roquettes de Gaza ont fait depuis le 27 décembre quatre morts, dont un soldat, et plusieurs dizaines de blessés.
Plus de 50 de ces engins se sont abattus jeudi dans le sud d’Israël, notamment à Beersheva et Ashdod, selon l’armée.
Sur le plan diplomatique, la Libye a déposé au Conseil de sécurité de l’ONU un projet de résolution appelant à un cessez-le-feu immédiat et son plein respect par Israël et le Hamas.

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

ce qu’a rapporté el khabar

Posté par med le 31 décembre 2008

interviews
ce qu'a rapporté el khabar dans Liens 07-IBRAHIMI img-ombre-haut-droit dans Liens
img-ombre-bas-gauche img-ombre-bas-droit

Retour imminent de l’ex chef du gouvernement, Abdelhamid Ibrahimi, au pays
« Je ne regrette pas mes précédentes déclarations relatives aux 26 milliards »

Abdelhamid Ibrahimi a déclaré qu’il s’était retiré  et que son retour eu pays n’était qu’une question de jour. Dans une interview accordée à El Khabar dans son bureau à Londres, l’ancien Chef du Gouvernement a abordé le scandale des 26 milliards de dollars et les différentes questions d’actualité.
El Khabar : Comment vous sentez vous étant loin du pays ?

A. Ibrahimi : Réellement, j’ai quitté l’Algérie en 1992 dans des conditions spécifiques …c’est vrai que la période est longue …. Mais l’éloignement géographique de l’Algérie laisse en l’Homme un grand désir (Le corps en Angleterre et le cœur en Algérie), ceci dit je suis quotidiennement et continuellement la situation en Algérie à travers les medias Algériens sur internent, et je suis très jaloux pour l’Algérie pour laquelle j’ai combattu.

El Khabar : Quelle activité exercez-vous en Angleterre ?

A. Ibrahimi : Je pratique une activité académique, car j’ai effectué beaucoup de travaux dans le domaine de la recherche et des études, et Dieu merci je considère cela comme positif.

El Khabar : Et Qu’en est-il de l’activité politique ?

A. Ibrahimi : En toute franchise, j’ai arrêté définitivement l’activité politique depuis l’année 1992.

El Khabar : Regrettez vous les précédentes déclarations relatives à la bombe des 26 milliards de dollars ?

A. Ibrahimi : Mon frère, je ne regrette pas ce que j’ai dis auparavant …. Les déclarations que j’ai faite étaient intervenues dans des conditions particulières, la preuve est que tout le monde parlait, en ce moment là, de la corruption dans les milieux populaires  … et c’est la raison principale qui m’a poussé à effectuer des opérations de comptabilités basées sur quelques vérités, tel que les contrats paraphés desquels j’étais informé, ils existaient et étaient connus. Elles ont été confirmées à travers une étude menée par une institution d’audite Européenne, à la demande du gouvernement Algérien, et qui sont parvenues à la découverte de quelques vérités indiquant que l’Algérie avait acheté des produits avec des prix exorbitants, et qui variaient entre 30 et 50% voire même 85%, comparativement aux prix Européens, cela est l’une des données à travers laquelle on est parvenu au montant des 26 milliards de dollars sur une période de 20 ans.

El Khabar : Et si on vous demandait de révéler ces chiffres ?

A. Ibrahimi : Je ne suis ni gendarme ni policier, et je ne possède pas les dossiers des personnes qui ont volé … les comptabilités que j’ai faite étaient basées sur des vérités et des contrats paraphés …Je suis vraiment désolé car l’Algérie avait uns potentiel financier important, et on n’aurait jamais du les perdre si on les avait utilisé au service du peuple…

El Khabar : Vous n’étés pas revenu en Algérie depuis 16 ans…Craignez vous quelque chose ?

A. Ibrahimi : Non, jamais de la vie, je n’ai peur de rien, l’Algérie est ma patrie et j’y retournerai dans quelques semaines.

El Khabar : Comment voyez vous la politique de la réconciliation en Algérie ?

A. Ibrahimi : La réconciliation nationale est, aujourd’hui et demain, la clé de l’Algérie … et c’est pour cette raison que je vais retourner au pays car il est temps de mettre nos conflits de côté et de mettre la main dans la main pour faire sortir l’Algérie de son malheur et de son sous-développement

El Khabar : L’ex président Chadli Benjedid a décidé, récemment, de rompre son silence à travers une déclaration médiatique, la première du genre … Comment qualifiez vous ces récentes déclarations sachant que vous êtes l’un de ses plus proches ?

A. Ibrahimi : Je n’ai aucun commentaire à faire là dessus, ce que je sais sur lui est que c’est un homme honnête et franc car j’ai travaillé sous sa coupe durant la lutte armée, c’est un Algérien et il a occupé plusieurs postes de responsabilité en Algérie et il est libre de ses déclarations.



31-12-2008

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

anaγ a rebbi ayen akka

Posté par med le 22 décembre 2008

ce qu’a rapporté la depeche dekabylie

Le phénomène prend des proportions alarmantes50 suicides en 2008 à Tizi-Ouzouanaγ a rebbi ayen akka dans Liens 1996_64449

La wilaya de Tizi-Ouzou a enregistré, au cours de cette année 2008, 50 suicides. Un chiffre éffarant auquel il faudra ajouter 23 tentatives de suicide  » déjouées » grâce à l’intervention des services de la Protection civile.

Ces derniers avaient eu ainsi à intervenir 72 fois à travers la wilaya. Un phénomène qui a touché en premier lieu la gent masculine puisque sur les 50 morts 41 sont de sexe masculin. 14 autres ont tenté de mettre fin à leur jours avant d’être sauvé par les sapeurs pompiers.

En outre, 7 femmes se sont donné la mort et autant ont échoué dans leur tentative de suicide. Ce fléau n’a pas épargné aussi les enfants de Tizi-Ouzou, puisqu’on compte deux chérubins qui ont perdu la vie dans des circonstances dramatiques, et deux autres ont été sauvés in extremis.

Selon nos statistiques, le mois d’août 2008 a été le plus meurtrier. En effet, durant ce mois, Tizi a enregistré 8 cas de suicides et trois tentatives de suicides. Au cours du premier semestre, la capitale du Djurdjura a comptabilisé 27 suicides et 10 tentatives. En somme, Tizi-Ouzou a au moins un cas de suicide chaque mois.

D’aucuns s’interrogent sur les causes qui poussent ainsi les gens à se suicider. D’après nos investigations, plus de 70% des suicides touchent les personnes ayant des antécédents psychiatriques. Les déceptions sociales telles que la mise au chômage y sont également pour quelque chose. Nos sources précisent aussi que cette donne concerne surtout les pères de famille de plus de 40 ans. Les déceptions sentimentales sont aussi parmi les raisons énumérées Quoi qu’il en soit, le suicide est devenu en vogue.

Les pouvoirs publics doivent intervenir efficacement afin de le contrer et ce en assurant des prises en charge psychologiques des personnes en détresse, mais aussi et surtout en améliorant la situation sociale des citoyens. Le chômage,  qui frappe de plein fouet des pars entiers de la société, est le premier fléau à combattre d’une manière concrète. Le nombre de suicides enregistré cette année ne peut pas laisser indifférent. La situation devient très inquiétante, des mesures doivent être prises pour éviter de telles catastrophes à l’avenir.

M.O.B

 

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

123
 

Français pour tous |
votreplateaumag |
Na Na Na |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MARINE NATIONALE EN INDO
| last0day
| ECRIVAIN PUBLIC, ZAZ ET PLUS